P. Ricardo Novati part pour la maison du Père

Inserrée dans une longue histoire...

P. Ricardo Novati part pour la maison du Père

P. Riccardo Novati est né à Cisano Bergamasco (Italie) le 19 janvier 1933. Il est rentré dans la gloire du Père le matin de ce 31 juillet 2015. Daigne le Seigneur lui accorder la récompense promise aux serviteurs fidèles! Amen!

Ricardo-NovatiP. Riccardo Novati (19.01.1933-31.07.2015)

Après les études au Gymnase “Paolo Sarpi” de Bergame, Ricardo fréquenta le Noviciat combonien de Florence et successivement le Lycée combonien à Vérone. De 1953 à 1958 il étudia Philosophie et Théologie à l’Université de Propaganda Fide à Rome. Il a été ordonné prêtre le 1 mars 1958. Il suit plusieurs cours de formation et il enseigne histoire au Lycée combonien de Carraia (Lucca) de 1959 à 1961. En 1962 il étudie l’anglais à Londres et il obtient le certificat de Scout Master à Gilwel Park. De 1962 à 1967 il est missionnaire en Ouganda, expérience qui le marquera profondément. Il reprend les études et il parvient au Certificat de Periodical Journalism au Polytechnique de Londres en 1969..De 1972 à 1975 il est encore en Ouganda, il fonde la paroisse d’Aloi en réalisant une école technique, un dispensaire et une maternité. Il rentre en Italie et il est assistant ACSE Milan (Assistance combonienne étudiants étrangers) jusqu’en 1984. Il fonde l’Institut « Nouvelle Afrique » pour la coopération technique (MAE 1978) Milan. Jusqu’en 1985 il participe à plusieurs missions pour des projets de coopération en Afrique (Ouganda, Tanzanie, Zambie, Togo, Gabon…). Et après, le tournant : en 1985 il fonde, à partir de zéro, le Comboni Centre à Sogakope, au Ghana. Une aventure qui durera jusqu’au jour de sa mort : 31 juillet 2015.
« Quand je suis arrivé au Ghana, en 1985, j’ai dû tout de suite essayer de m’engager pour obtenir un morceau de terre pour la mission. Avec un accord entre le ‘Paramount chief ‘et les familles de Fievie, j’ai pu avoir soixante cinq hectares de terrain ». C’est sur ce terrain, au bord du fleuve Volta, à Sogakope, non loin de la paroisse combonienne (confiée à nos soins pastoraux le 22 août 1981) que naissent différentes œuvres : de l’Ecole technique à l’école maternelle, primaire et secondaire, à une école de typographie et d’autres structures pour des cours d’aggiornamento. « J’ai entamé une petite ferme agricole, toujours avec un but didactique, où les étudiants peuvent apprendre à cultiver mieux les produits locaux traditionnels. J’ai cherché d’enrichir l’activité avec l’élevage d’animaux… ».
Dans le temps, l’école de typographie est équipée d’une section de préparation à l’impression sur ordinateurs et d’une salle d’informatique. « Mon objectif pour ce qui concerne la formation, une fois garanties les bases données aux étudiants dans les écoles professionnelles, a été toujours, même sur le plan de la santé, d’amener ce qui de plus utile et innovateur peut s’insérer dans un contexte national de développement et de modernisation du Pays ». « D’une chose naît autre chose et les besoins on les voit au fur et à mesure que les années passent. La modernisation du pays dans lequel on opère, aide la croissance des structures ». Et voilà naître un dispensaire qui, petit à petit, deviendra un véritable hôpital. Et à côté : des structures d’accueil pour les familiers des malades, des auberges pour les élèves, des maisons pour les enseignants, pour les volontaires médecins etc.
Le Comboni Centre est le choix du P. Riccardo pour accomplir la mission combonienne. Il a essayé avec créativité et courage de réaliser le plan de Comboni : « Sauver l’Afrique par l’Afrique ». Il a impliqué amis, bienfaiteurs, volontaires médecins et professionnels d’Italie et d’Europe pour concrétiser son rêve d’une nouvelle Afrique. C’est sa manière d’évangéliser : dans la formation d’hommes et de femmes à travers l’étude et une profession, en offrant la possibilité de retrouver vie et santé pour qui est malade, en redonnant espoir pour un futur meilleur. Aujourd’hui, ce plan combonien devient réalité avec des formateurs et collaborateurs du Pays.
L’Eucharistie célébrée au Centre, la catéchèse offerte aux jeunes ont accompagné, jour après jour, les trente ans de sa mission à Sogakope. Des années pas toujours faciles, un engagement pas toujours compris et partagé de tous mais qui, certainement, a apporté du bien à pas mal de personnes. Reste le souvenir d’un missionnaire cohérent, généreux, purifié en ces derniers trois ans par la maladie : il est resté dans le silence de sa chambre, veilleur de ce rêve qu’il a tant aimé et qui continuera à vivre avec l’Eglise locale du Diocèse de Keta Akatsi.

Aucun commentaire

Ajoutez votre commentaire

fr French